À quoi servent les études de recherche ?

“Notre travail, c’est d’établir des diagnostics sur le monde comme il va” : Pierre François, Doyen de l’École de la recherche (ex-École doctorale) revient sur les spécificités et les atouts de la formation à la recherche, vocation plus indispensable et plus exigeante que jamais à l’heure où la pandémie bouscule le fonctionnement routinier du social". 

Vous êtes Doyen de l’École doctorale, qui vient d’adopter un nouveau nom et se nomme désormais École de la recherche. Quel est le sens de ce changement de nom ? 

Pierre François : Il s’agit d’abord d’une clarification : nous avons rapproché le nom de la réalité de cette École, qui délivre à la fois des masters et des doctorats. Plus substantiellement, nous formons à la recherche, ce qui veut dire que nos formations ne mènent pas seulement au doctorat mais aussi à des métiers très diversifiés. Nos étudiants qui choisissent de rejoindre le marché du travail après leur master ont une insertion professionnelle exceptionnelle, y compris dans le contexte actuel. Il y a de vraies raisons à cela : nous apprenons à faire de la recherche, et pour beaucoup de métiers, ce savoir-faire se révèle extrêmement utile. 

Qu’apprend-on à l’École de la recherche ?

Pierre François : À parler, lire, écrire et compter ! Je fais un raccourci, mais je veux dire que nos étudiants apprennent à maîtriser ces quatre compétences avec un niveau d’exigence très élevé. Ils apprennent à parler de manière construite, développée, exigeante. Ils savent lire et écrire des textes longs, compliqués, dans différentes langues. Ils savent calculer, modéliser mathématiquement les phénomènes sociaux, et comprendre les résultats de ces calculs et de ces modèles. Nos diplômés se distinguent parce qu’ils sont bons dans ces quatre domaines à la fois : c’est un mélange assez rare, pour ne pas dire exceptionnel, en tout cas avec ce degré d’expertise. Mais attention, ce métier qu’ils apprennent est difficile, et son apprentissage aussi : choisir de se former à la recherche doit être une démarche positive, motivée par une véritable volonté d’étudier les sciences sociales. 

Quels sont les points communs de l’École de la recherche avec les formations similaires à l’international ? Quelles sont ses spécificités ? 

Pierre François : Notre organisation disciplinaire nous rapproche des standards internationaux, ainsi que notre recrutement : nous accueillons aujourd’hui 50 % d’étudiants étrangers. L’évolution sur ce plan a été spectaculaire et rapide. Notre originalité, c’est la flexibilité des parcours : les étudiants peuvent entrer en master et poursuivre en thèse ou pas, à Sciences Po ou ailleurs. En doctorat, nous accueillons des étudiants de tous les horizons. C’est une singularité et un atout majeur que je mesure chaque jour, aux côtés du pluralisme qui est notre marque de fabrique. 

Comment se traduit ce pluralisme dans le projet intellectuel de l’École ?

Pierre François : Il se retrouve d’abord dans les objets de recherche, grâce à une faculté large et diversifiée. Mais c’est aussi un pluralisme théorique et méthodologique. À Sciences Po, il existe une faculté permanente issue pour partie de la tradition des sciences sociales “à la française”, et pour partie des sciences sociales internationales. Grâce à cela, nous pouvons proposer le meilleur des deux traditions. Nous combinons aussi une entrée disciplinaire très stricte, très exigeante, avec la possibilité d’un dialogue interdisciplinaire autour de thématiques communes, qui émergent spontanément, sur l’environnement par exemple, ou encore les migrations, les inégalités, la régulation financière. 

Que signifie faire des études de sciences sociales ? Et le faire à Sciences Po ? 

Pierre François : L’histoire des sciences sociales et l’histoire de Sciences Po sont intrinsèquement liées. Les sciences sociales, dans leur forme moderne, contemporaine, naissent dans le dernier tiers du XIXe siècle, autour d’enjeux politiques et sociaux qui sont exactement ceux qui conduisent à la fondation de Sciences Po : une société qui se tend, pour différentes raisons, et une volonté de l’interroger avec des outils scientifiques et de le faire dans la société, sur le terrain. 150 ans après, Sciences Po prend très au sérieux son rôle dans la production des sciences sociales en France et dans le monde, ainsi que dans la formation des futurs chercheurs qui produiront les savoirs de demain. L’École de la recherche est au cœur de cela. Nous travaillons sur des faits, avec des méthodes précises et rigoureuses, y compris en reconnaissant que parfois, on ne sait pas. Notre travail, c’est d’établir des diagnostics sur le monde comme il va. C’est une école empirique, avec la pénibilité que cela suppose. Mais c’est aussi notre grandeur de le faire avec ce degré d’exigence.

Quel est l’impact des multiples et profondes crises que nous vivons sur les études de recherche ? 

Pierre François : Ce qui se passe place immédiatement les étudiants dans une situation que n’importe quel chercheur va rencontrer dans sa carrière...mais qui survient en général plus tard, de manière moins impérieuse et moins violente. Il n’est pas rare de devoir adapter, fortement, la manière dont on conduit une recherche. C’est même normal. Avec ce qui arrive en ce moment pour les apprentis chercheurs, il faut le faire beaucoup, tout de suite, et sans expérience du métier. C’est très dur et très formateur de traverser ces difficultés en cours de formation. 

D’un point de vue plus général, nous sommes confrontés à des moments où nous sortons du fonctionnement routinier du social, un mode d’existence connu, dans lequel on sait se mouvoir. Les crises multiples qui nous frappent nous sortent de la routine, et l’intelligence pratique ne fonctionne plus. Nous avons besoin d’une intelligence plus lente, nourrie d’informations, qui nous permette de comprendre le monde social qui a engendré ces crises. Essayer de comprendre les choses au milieu de la crise ne fonctionne pas. Les sciences sociales servent à cela : proposer des chaînes d’intelligibilité qu’on n’aura pas le temps de produire au milieu de la tempête. C’est pour cela qu’elles sont plus nécessaires que jamais.

Propos recueillis par l'équipe éditoriale de Sciences Po

En savoir plus

Droits de scolarité : un barème plus équitable au service de l’égalité des chances

Droits de scolarité : un barème plus équitable au service de l’égalité des chances

Pour accroître son engagement de vingt ans pour l'égalité des chances, Sciences Po fait évoluer son dispositif de droits de scolarité progressifs, pour le rendre encore plus juste et plus adapté à chacun. Aux côtés des nouvelles modalités d’admission en première année, cette refonte rend possible les engagements de l’établissement en matière d’ouverture sociale, et permettra d’accueillir davantage d’étudiants aux revenus modestes et moyens. 

Lire la suite
Qui est Fariba Adelkhah ? La chercheuse reçoit le Prix Irène Joliot-Curie de la Femme scientifique 2020

Qui est Fariba Adelkhah ? La chercheuse reçoit le Prix Irène Joliot-Curie de la Femme scientifique 2020

Fariba Adelkhah a reçu en décembre 2020 le Prix Irène Joliot-Curie de la Femme scientifique de l'année 2020, décerné par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche. À cette occasion, nous republions le portrait scientifique de la chercheuse du Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI) incarcérée en juin 2019 en Iran, et toujours assignée à résidence à Téhéran depuis octobre 2020. Spécialiste de l’anthropologie sociale et de l’anthropologie politique de l’Iran postrévolutionnaire, les travaux initiaux de Fariba Adelkah portaient sur les femmes et la Révolution islamique. Ses recherches actuelles portent sur la circulation des clercs chiites entre l’Afghanistan, l’Iran et l’Irak. 

Lire la suite
Étudier à Sciences Po, combien ça coûte ?

Étudier à Sciences Po, combien ça coûte ?

Mise à jour le 15/12/20 - À Sciences Po, nous pensons que les difficultés financières ne doivent pas être un obstacle pour étudier. Avec une politique de droits de scolarité et d'aide sociale engagée et inclusive, nous avons ainsi fait le choix du volontarisme. Un étudiant sur trois ne paie aucun frais de scolarité. Nos droits de scolarité sont par ailleurs inférieurs à ceux pratiqués par la plupart des grandes universités mondiales.

Lire la suite
Marie Mawad, nouvelle Doyenne de l'École de journalisme

Marie Mawad, nouvelle Doyenne de l'École de journalisme

Marie Mawad sera la nouvelle doyenne de l’École de journalisme de Sciences Po à compter du 1er janvier 2021. Elle succède à Bruno Patino, président d'Arte France, qui a dirigé l'École pendant 14 ans. Appuyée par la directrice exécutive, Alice Antheaume, Marie Mawad poursuivra le travail mené avec les équipes pédagogiques et audiovisuelles et aura pour mission de faire de l’École un lieu phare des évolutions du journalisme.

Lire la suite
Sciences Po et UCLA unissent leurs forces avec un nouveau double diplôme sur la gouvernance urbaine

Sciences Po et UCLA unissent leurs forces avec un nouveau double diplôme sur la gouvernance urbaine

L'École urbaine de Sciences Po et l’Urban Planning Department de UCLA (Los Angeles) - deux des formations les plus reconnues au monde en matière d’urbanisme, de politique et de gouvernance - lancent un nouveau programme de double master. Intitulée Global and Comparative Urban Planning and Governance, la formation ouvrira à compter de septembre 2021. 

Ce nouveau double diplôme renforce un partenariat de longue date entre Sciences Po et l’Université de Californie (UC), après la création d’un double bachelor pionnier avec UC Berkeley. Il est l’aboutissement des échanges nombreux et réussis entre les deux établissements. Nous avons rencontré les professeurs Tommaso Vitale (Sciences Po, CEE) et Michael Storper (UCLA), qui sont avec Patrick Le Galès (Doyen de l'École urbaine) les architectes de ce nouveau programme.

Lire la suite
Paris-Berlin : il était une fois un cours en Europe

Paris-Berlin : il était une fois un cours en Europe

C’est une première : environ 25 étudiants de la Hertie School de Berlin et 45 étudiants de Sciences Po ont participé au premier cours commun de CIVICA, l’alliance créée en 2019 et rassemblant huit universités européennes. Pour cet automne 2020, les professeurs Florence Faucher (Sciences Po) et Christian Freudlsperger (Hertie School) se sont penchés sur un sujet d’intérêt public pour le monde entier : “La démocratie en crise”. 

Lire la suite
“Protestas”, une websérie aux couleurs de l’activisme latino-américain

“Protestas”, une websérie aux couleurs de l’activisme latino-américain

En Amérique latine, l'année 2020 a été marquée  par d'immenses mobilisations en faveur d'une démocratisation profonde des régimes politiques et une modernisation des sociétés. Des mouvements qui ont su se réinventer pour s'adapter à la pandémie. C’est cette réinvention que raconte la websérie “Protestas”, née d’une collaboration entre journalistes et chercheurs de l’Observatoire politique de l’Amérique latine et des Caraïbes (OPALC/CERI Sciences Po). En huit épisodes, ces vidéos explorent l’infatigable créativité de ces mouvements sur le continent, et leurs résonances au-delà. Entretien avec Olivier Dabène, chercheur au CERI et président de l’OPALC, à l’occasion du lancement de la série. 

Lire la suite
Vous avez raté la Journée des masters ? Voici un programme de rattrapage

Vous avez raté la Journée des masters ? Voici un programme de rattrapage

Notre Journée des masters en ligne a rassemblé 8000 visiteurs le 28 novembre dernier ! Au programme, des sessions d'information et d'échange sur les programmes de master, les doubles diplômes, les débouchés, les procédures d'admissions et les possibilités de bourses et d'aide sociale. Retrouvez ci-dessous les présentations des différentes Écoles de second cycle. 

Lire la suite
Lancement de la Chaire européenne sur le développement durable et la transition climatique

Lancement de la Chaire européenne sur le développement durable et la transition climatique

Le 25 novembre 2020, Sciences Po lance une nouvelle Chaire développement durable et transition climatique, pilotée conjointement par l'École d’affaires publiques et l'École des affaires internationales (PSIA). Dans la lignée du Green Deal européen, cette Chaire résolument transdisciplinaire vise à apporter de nouveaux éclairages à toutes les organisations soucieuses de faire progresser le développement durable selon le triple axe de la transition climatique, du développement économique et de l’inclusion sociale. Entretien avec son directeur, le Dr Shiv Someshwar, spécialiste des questions environnementales, professeur associé à Sciences Po et professeur invité de l’Université Columbia. 

Lire la suite